Turismo de Córdoba - Frances

Rechercher

Rechercher
Nous t'attendons à Cordoue
 
Tiempo Córdoba
 

Lucius Annæus Seneca - SÉNÈQUE (philosophe)

    SénèqueLe philosophe naquit à Cordoue entre l'an 4 (av. JC) et l'an 1 (ap. JC). Une tante maternelle, mariée à C. Galerio, préfet en Égypte de l'an 16 à 31, l'emmena très jeune à Rome. Il étudia la grammaire et la rhétorique dans le forum mais très vite il se tourna vers la philosophie. Sa formation fut des plus variée. Il étudia avec Sotion, un philosophe éclectique, avec le stoïcien Attalos et avec Papirio Fabiano. Plus tard, il fut ami intime du cynique Demetro. Il alla en Égypte avec son oncle et revint en l'an 31 à Rome où, grâce aux influences familiales, il fut nommé questeur.

Son style brillant d'orateur et écrivain s'était affirmé quand l'empereur Caligula arriva au pouvoir en l'an 39. Selon les dires de Dion, la mégalomanie de l'empereur ne permit pas que la célébrité de Sénèque lui fasse ombrage. En 41, accusé d'adultère avec Julia Livilla, s'ur de Caligula, il fut exilé en Corse et y resta jusqu'en 49, année où, grâce à l'influence d'Agrippine, il fut rappelé à Rome et nommé préteur. En 51, il fut aussi nommé tuteur du jeune Néron qui dès son accession le nomme conseiller politique et ministre. Pendant les huit années suivantes, Sénèque et Burrus gouvernèrent bien l'empire. Leur politique, basé sur le compromis et la diplomatie plus que sur les innovations et l'idéalisme, fut modeste mais efficace. Lorsque d'autres personnes, qui encourageaient les crimes de Néron, commencèrent à avoir plus d'influence sur lui, la position de Sénèque devint intolérable. À la mort de Burrus en 62, Sénèque se trouvant sans appui, demanda à Néron la permission de se retirer de la cour et lui fit don de son immense fortune. On lui accorda tacitement la retraite mais sa fortune ne fut acceptée que plus tard. Pendant cette période-là, Sénèque n'apparaît pas en public, reste très peu à Rome, et consacre son temps à converser avec ses amis. En 65, il est accusé d'être compromis dans la conjuration de Pison contre Néron. Si Pison avait gagné, Sénèque serait certainement revenu au pouvoir politique. Comme la conspiration fut découverte, on le condamna au suicide.

Les uvres qui nous restent de Sénèque peuvent être divisées dans quatre catégories : les dialogues moraux, les lettres, les tragédies et les épigrammes. La philosophie de Sénèque se dilue dans ces uvres. Il n'écrivit jamais une 'uvre purement philosophique ; sa pensée philosophique, ses idées stoïciennes s'exprimèrent tout au long de son uvre et imprégnèrent son analyse de toutes les situations.

Dix uvres morales constituent les dialogues conservés dans un manuscrit de la bibliothèque ambrosienne. Exception faite de celui connu sous le nom de « De la colère », ils sont relativement courts. Le long dialogue « De la colère » est dédié à son frère Novatus qui lui avait demandé d'écrire sur la manière de modérer la colère.

Pendant son exil, il écrivit le traité «Sur la Providence » dédié à Lucilius Junior. De cette même époque date aussi le dialogue le plus savoureux et le plus rempli de détails personnels, celui qu'il écrivit à sa mère : « Consolation à Helvia ». Le traité « De la constance du sage » écrit probablement après 47 est à placer avec le traité « Sur la providence ». De retour aux tâches du gouvernement, il rédige le dialogue « Sur la brièveté de la vie » écrit très certainement en 55. Le dialogue « La vie bienheureuse », qu'il dédia à son beau-père Paulino, est une curieuse défense de son mode de vie de philosophe stoïcien.

Pendant sa retraite politique, il écrivit un livre « Questions naturelles » dédié à Lucilius qui parle des phénomènes naturels et où l'éthique se mêle à la physique.

Ecrite en prose et en vers mais en marge de ses autres uvres comme un cas unique, il y a l'Apocoloquintose, une satire féroce du couronnement de Claudio avec critique politique et malice personnelle.

De toute l'uvre poétique, les neuf tragédies qu'il écrivit sont le fruit d'une activité créative, indépendante qu'il exerça tout au long de sa vie mais spécialement pendant la période intermédiaire de l'éducation de Néron. Des neuf tragédies arrivées jusqu'à nous, l'une, Hercule furieux est d'attribution douteuse et l'autre, Octavia est certainement apocryphe.

Ayuntamiento de Córdoba