Turismo de Córdoba - Frances

Rechercher

Rechercher
Nous t'attendons à Cordoue
 
Tiempo Córdoba
 

Martínez Rucker (musicien)

Martínez Rucker (musicien) C'est le compositeur cordouan le plus important des temps modernes et même celui ayant le plus grand rayonnement et répercussion dans toute l'histoire musicale cordouane après le polyphoniste Infantas. Né en 1861, il réalisa ses études musicales à Madrid grâce à une bourse de la Diputación (préfecture) et puis en France, Italie, Allemagne et Portugal.

Bien que son talent musical, apprécié par des compositeurs comme Tomas Breton ou Enrique Granados, lui aurait été utile pour de grandes entreprises, Martinez Rucker préféra se consacrer totalement à sa ville natale. Grâce à cela, il put offrir à sa terre tout son talent et son oeuvre ainsi qu'un extraordinaire travail pédagogique, comme professeur d'harmonie à l'École Provinciale de Musique dont il fut directeur et comme professeur de piano, instrument qu'il dominait et adorait mais dont il jouait très rarement en public.

En reconnaissance de tout ce travail et de la qualité de son activité artistique et intellectuelle, il reçut de nombreuses nominations et distinctions : membre de la Royale Académie des Beaux Arts de San Fernando, professeur de celle de Cordoue et des titres honorifiques dans des institutions musicales d'Espagne, d'Italie, de France et du Portugal. Il mourut le 16 juillet 1924.

L'oeuvre de Cipriano Martinez Rucker est d'inspiration riche et imprégnée d'élèments propres à la musique andalouse mais il ne faut pas pour cela la considérer comme typiquement nationaliste. Sa musique partage avec celle de Lucena la simplicité et le naturel de la mélodie, loin de toute rhétorique ou artifice, et des processus harmoniques qui, même s'ils sont plus élaborés et de meilleure facture que ceux du fondateur du Centre Philharmonique, procèdent aussi de la tradition classico romantique en étant très éloignés des nouvelles tendances qui commencent à émerger de la musique européenne.

De ses compositions, il faut retenir celles qui sont écrites pour piano, qui offrent, bien qu'elles soient plus des morceaux de salon que de concert, une vision assez complète de l'art de son créateur. Un art basé sur une esthétique propre du Romantisme tardif qui surgit en Espagne entre les deux siècles et dans un langage imbu d'éléments pittoresques, si à la mode pendant cette période de flux nationaliste. Ébauches lyriques, Mélodies orientales, Chants de ma terre, Sérénade andalouse, Sérénade Espagnole et Séguedille cordouane sont ses compositions les plus représentatives.

Il composa deux symphonies pour orchestre, des valses, le poème Adieu à Boabdil, la Sérénade andalouse, le très connu Caprice andalou, et plusieurs morceaux pour choeur, parmi lesquels il faut signaler d'une manière particulière Nuits de Cordoue, une partition qui reçut une médaille d'or au concours musical de Valence, à l'occasion de l'Exposition de 1915, et qui fut interprétée par le Centre Philharmonique. Il écrivit aussi de la musique religieuse, théâtrale - l'opérette " Quitese usted la ropa " (Déshabillez-vous) et l'opérette " El peluquero de la condesa " (le coiffeur de la comtesse), entre autres - et des travaux de vulgarisation musicale : " La música de Wagner " (la musique de Wagner), " Algo de musica "(Un peu de musique), " A traves del arte "(A travers l'art) et " La herencia de Wagner " (l'héritage de Wagner). Un recueil de création qui mérite d'être sauvé de l'oubli et de l'indifférence actuels.

Ayuntamiento de Córdoba