Turismo de Córdoba - Frances

Rechercher

Rechercher
Nous t'attendons à Cordoue
 
Tiempo Córdoba
 

Ramón Medina (musicien)

Ramón Medina (musicien)Il n'était ni musicien professionnel ni originaire de Cordoue, cependant son importance et sa présence comme chanteur de la ville lui ont valu d'être reconnue. Ce n'est pas en vain que ses chansons sont les plus connues, les plus interprétées et appréciées des Cordouans parmi toutes celles qui ont été dédiées à cette ville.

Ramón Medina y Ortega naquit le 7 juin 1891 à Brihuega, village de 5 000 habitants environ, situé dans la vallée de la rivière Tajuña,dans la province de Guadalajara. A 10 ans, à cause de la mutation de son père, il s'installa avec sa famille à Cordoue, ville qu'il fera sienne. Son premier contact avec la musique lui vient de sa mère qui jouait du piano. À 11 ans, il entra dans la chorale d'enfants de la cathédrale dont le directeur était le maître de chapelle Juan Antonio Gómez Navarro, compositeur inspiré. L'enseignement de ce dernier et les études que Ramon Medina fit ensuite à l'École Provinciale de Musique et au Centre Philharmonique furent son principal bagage musical. Cependant, et malgré son immense goût pour la musique, Ramon Medina ne se produisit jamais en tant que musicien professionnel. Il exerça successivement les métiers les plus variés, depuis la gérance d'une droguerie dans le quartier de San Agustin, en passant par diverses fonctions journalistiques pour le " Journal de Cordoue ", pour terminer comme représentant de produits pharmaceutiques et de parfumerie.

Parmi les nombreuses distinctions et reconnaissances qu'il reçut, il faut signaler la Médaille du Mérite de la Ville, la croix de Alfonso X el Sabio et plusieurs hommages populaires. En 1993, presque trente ans après sa mort survenue le 1er novembre 1964, la ville, par l'intermédiaire de la Mairie au grand complet, lui donna le titre de Fils Adoptif de la ville.

L'inspiration, la grâce, la veine mélodique, le lyrisme, l'accord parfait entre les paroles et la musique, l'absence de rhétorique, en plus d'autres ingrédients, sont les caractéristiques les plus remarquables de cette musique toujours enveloppante. Ce sont des chansons qui offrent un grand éventail thématique : quartiers et lieux typiques, traditions, pèlerinages, la Cordouane, ferveur religieuse? dans une riche mosaïque d'airs bien de chez nous, comme le paso doble, le passacaille, et la séguedille ; mais aussi des références au " flamenco " dans des " bulerias ", " peteneras " et même un " zorongo ", ou encore des styles universels, comme la marche et la sérénade.

Parmi ses oeuvres, il faut signaler : Camino del Santuario (Chemin du sanctuaire), Al Cristo de Scala Coeli (Au Christ de Scala Coeli), Romancillo del amendro (Petite romance à l'amandier), Cordobesita (Jeune Cordouane), Las Campanas de la Mezquita (les Cloches de Mosquée), A la mujer cordobesa (À la femme de Cordoue), Callejita de las Flores (la Ruelle des Fleurs), Ya van a la cruz de mayo (Ils vont aux crois de Mai), Noches de mi Ribera (Nuits de mon rivage)... et la très célèbre Serenata a la Mezquita (Sérénade à la Mosquée), qui avec Noches de Córdoba (Nuits de Cordoue), de Cipriano Martínez Rücker, et Fantasía cordobesa (Fantaisie Cordouane) de José Timoteo, pourraient bien représenter la trilogie lyrique cordouane par excellence.

Ayuntamiento de Córdoba